Mouches suzukii, attention à vos fruits !

Mouche suzukii

Des origines à la propagation de la mouche suzukii

La mouche suzukii ou drosophile asiatique (Drosophila suzukii) est une mouche de petite taille découverte en 1916 au Japon.

D'abord largement observée dans son pays d'origine dans les années 30, puis en Corée et en Chine, elle sera ensuite recensée comme espèce particulière dès l'année1931. La mouche est ensuite introduite aux États-Unis, ainsi on put l'observer à Hawaï dans les années 80, sur la côte Ouest des États-Unis en 2008 et jusque sur la côte Est dès 2010.

C'est en 2009 que l'espèce est reconnue en Europe méditerranéenne : en Italie dans la province de Trente et en Catalogne en Espagne. La Drosophila suzukii continue de se répandre puisqu'en 2010, sa présence est confirmée en Corse.

Son escapade la conduit jusque dans le Nord et l'Est de la France où elle passera par le bassin parisien, la Picardie, la Lorraine, et enfin l'Alsace où elle fait un passage remarqué en causant de lourds dégâts notamment dans les champs de fraisiers. Depuis ces dernières années, la mouche suzukii s'est aussi développée en Europe de l'Est comme en Allemagne et depuis 2018 dans bon nombre de vignobles belges, lorrains et alsaciens. C'est dans ces dernières régions que la mouche se serait sauvagement attaqués aux vignes de raisin noir.

 

Le mode d'attaque de la Drosophila suzukii

Les victimes de la mouche suzukii sont le plus souvent de grands amateurs de fruits rouges. En effet, la Drosophila suzukii pond ses œufs dans les fruits arrivés à maturité mais pas dans ceux déjà endommagés.

Cette attitude inhabituelle qui la caractérise, la différencie des 3000 autres espèces de drosophiles décrites scientifiquement et dont le schéma de développement est de se reproduire dans les fruits pourrissants, même si elles s’en nourrissent. Un comportement étrange pour l'espèce puisque la chair d’un fruit mûr est riche en sucres mais exempt de bactéries et de levures : protéines normalement indispensables à l’insecte et à ses larves en matière de croissance.

De nombreuses études sont en cours pour évaluer les habitudes de cette mouche ravageuse. C'est le cas de celle menée par un collège franco-allemand afin de nous expliquer un peu mieux le comportement de ce nuisible qui risque de gâcher les dégustations estivales de fraises et cerises bien mures. Alors que les fraises françaises arrivent sur nos étales de marché suivies de près par les cerises, la Drosophila suzukii se sera, peut-être, déjà servis avant nous.

Son intrusion dans le fruit étant facilement identifiable tant le goût des fruits s'en trouve altéré au point de devenir complètement impropre à la consommation.

 

Les arboriculteurs désemparés

Une guerre entre les arboriculteurs et la mouche suzukii est actuellement en cours car les conséquences de sa présence dans les vergers sont plus que déconcertantes.

En effet, en s’attaquant à tout type de fruit rouge au moment de leur commercialisation, la mouche désempare les arboriculteurs qui ne peuvent que constater une progression fulgurante et aucun outil véritablement révolutionnaire permettant de sauver les récoltes .

Il faut dire que ce minuscule diptère de 3 millimètres de long est certes très prolifique, une femelle peut pondre jusqu'à 400 œufs en deux mois, soit son temps de vie, et permettre à 13 générations de se succéder au cours d’une même année.

Pulvérisateur à pression préalable 7 litres
Pulvérisateur à pression préalable 7 litres
Découvrir nos autres sites sur les nuisibles...
Depuis 2007, les meilleurs produits dans notre boutique ...
...et les annuaires des professionnels de la lutte contre les nuisibles...